Récits de voyage et songes au hasard

Retrouve-moi autour du monde

Dépression : l’invisible torture

.

Invisible torture

***

Encore un matin je me lève,

Sur les lèvres un goût amer

J’me dis « rien n’a de sens, autant se jeter à la mer »

Mais merde !

À qui je vais manquer ? Qui m’empêchera d’me foutre en l’air ?

Quand je parle du mal qui m’assaille

On m’répond que c’est que des paroles en l’air

Alors j’hurle en silence et personne n’entend

 Et j’attends, et j’attends, le doigt sur la détente

Tenté d’en terminer, de faire taire cette torture invisible

Qui me bouffe de l’intérieur, et que d’autres trouvent risible

Plus j’me répète que je suis seul et plus j’y crois

Personne n’est là, j’ai peur de faire le mauvais choix

Combien d’âmes viendront pleurer quand j’serai 6 pieds sous terre, sous une croix ?

Combien d’esprits seront surpris et répéteront « pourquoi ? J’ai pas compris »

Le monde serait mieux sans moi

J’apporte rien, un moins que rien

Si j’me flingue demain au moins j’ferais quelque chose de bien

Personne ne me ressemble, ne ressent ce vide pesant

J’ai besoin de plus qu’un anti-douleur, que ces putains de médicaments

Je marche machinalement mais même dans la foule je suis seul

J’ai froid, je m’éteins marginalement

J’envoie des signes aux gens,

Mais pour comprendre faut décoder

S’il vous plaît, aidez-moi je crois que je vais déconner

Tu crois que c’est un jeu, que j’ai tout pour moi pour être heureux

Mais mon coeur est vide et la couleur a déserté mes yeux

J’me cache sous des sourires pour tenter d’éviter le pire

J’fais croire que tout va bien quand pendant quelques secondes je respire

Si ça continue c’est décidé, je vais céder

Je rejoindrai le rang des décédés

Après tout rien n’est éternel

Quand tu te noies dans l’noir même la vie,

Elle est terne, elle

Voilà ce qui me berce quand mes démons m’engrainent

Mais tout ça reste en moi l’enfer est dans ma tête

Voilà ce qui me berce quand mes démons m’engrainent

Mais tout ça reste en moi l’enfer est dans ma tête…

***

Ce texte est un « poème » que j’ai décidé d’écrire pour parler de la dépression et du suicide, afin de sensibiliser et de mettre des mots sur ce que ressentent beaucoup de gens qui n’osent pas en parler.

Plusieurs fois dans ma vie j’ai eu des amis, des gens proches qui ont été frappés par ce malêtre. Encore aujourd’hui, j’ai des personnes précieuses qui se battent contre leurs démons et que je soutiens de tout mon coeur dans cette lutte contre ce mal invisible qui n’est souvent et malheureusement pas assez pris au sérieux. Récemment, le chanteur du groupe Linkin Park, Chester Bennington s’est donné la mort. J’ai été choqué. Déjà parce qu’il représentait un modèle pour celui que j’étais adolescent, et aussi parce que son geste me fait me rendre compte que ça peut survenir à tout moment, sans que l’on s’y attende… Ça faisait quelques temps que je songeais à tenter d’apporter ma petite pierre à l’édifice dans la lutte contre la dépression et le suicide. Cet événement a entre autres été le déclencheur. Je ne veux pas que ça arrive à l’un de mes proches. Je ne veux pas que ça arrive à qui que ce soit. Je veux pouvoir aider. À mon échelle.

Le suicide et la dépression sont des sujets sérieux. Certaines personnes souffrent de réels tourments, désirent vraiment en finir. Ils ont besoin d’écoute, d’un peu de soutien, de se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils peuvent être compris, soutenus, aidés. Ils ne doivent pas rester seuls dans cet océan battant, à lutter pour garder la tête hors de l’eau sans que personne ne vienne leur tendre la main. Si quelqu’un dans votre entourage a un comportement qui vous inquiète, parlez-lui. Si vous-même vous vous sentez en proie à la dépression, que vous trouvez que la vie perd de son intérêt… Parlez-en.

Je ne suis pas psychologue. Je ne suis pas un justicier, et encore moins un héros. Je suis juste un jeune qui veut en parler. Qui veut briser le silence. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai des amis qui sont passés et passent encore par ce douloureux chemin. Des artistes que j’aimais et que j’admirais se sont donnés la mort et personne ne l’avait vu venir. Et j’imagine la douleur de leurs proches après leur acte. J’imagine l’état de détresse dans lequel ils devaient être avant de se donner la mort. Je me mets à la place de ces gens. S’il s’agissait de l’un de mes proches, je sais qu’une partie de moi s’éteindrait à jamais. Je souhaite juste, et bien que ce soit idéaliste, que le suicide et la dépression se taisent et disparaissent enfin. Personne n’a envie d’être seul dans ce monde, incompris. Personne ne le mérite. Chérissez vos proches, votre famille, dites-leurs que vous les aimez. On ne vit qu’une fois, et il serait dommage de vivre avec le poids du départ d’un proche qui est parti parce que l’on ne l’a pas écouté, parce que l’on a pas su voir les signes. Je ne dis pas que c’est facile. Mais c’est possible. Et nécessaire. Pour toutes celles et ceux qui se battent contre leurs démons : vous allez vous en sortir. Vous êtes des diamants, et ne laissez jamais personne vous faire penser l’inverse. Vous pouvez vous faire aider. Il n’y a aucune honte à se faire aider. Vous avez besoin de plusieurs personnes. Des médecins sont là, ils ne vous jugeront pas, ils savent quel mal vous ronge. Vos proches sont là. Ils peuvent vous accompagner, vous soutenir et tout faire pour vous remonter le moral.

Ça peut paraitre absurde dit comme ça, quand vous avez l’impression de vous noyer, mais c’est vrai. Le plus dur est de briser ces chaînes et d’oser mettre des mots sur ses maux.

Rodolphe

***

Je souhaite toujours ajouter de la musique à mes articles. Je veux partager le titre « Rise above this » de Seether, dans lequel Shaun Morgan parle du suicide de son frère. Je n’ose pas imaginer même une seule seconde la douleur qu’un tel événement pourrait engendrer. J’ai moi-même une relation fusionnelle avec mes frères et c’est d’ailleurs l’un d’eux qui m’a fait découvrir ce groupe. Aujourd’hui, Shaun Morgan organise notamment des festivals et récolte des fonds destinés à la lutte pour la prévention contre la dépression et le suicide.

Certains disent que les suicidaires sont égoïstes. Non. C’est plus profond que ça : ils sont malades. Ce n’est pas péjoratif, c’est vrai. Ils ont besoin d’aide. Pas qu’on les juge arbitrairement. Pour vaincre un démon, il faut commencer par le comprendre.

*